Galères de Freelances – Ces Clients qui nous rendent Dingues

Les clients. Sans lui, le freelance n’est pas grand chose. Il aura beau aimer son boulot, faire un boulot de dingue qui déchire, se faire une pub de folie et prouver combien il est bon, un freelance sans client, c’est un freelance sans contrat et donc, sans le fameux chiffre d’affaire qu’on aimerait tous exploser à la fin du mois, du trimestre et à la fin de l’année.

Dans mon activité de Freelance, j’ai globalement toujours eu du bol. Des clients sympas et réguliers, dès le début et pendant des mois. Mais si c’était toujours comme ça, ça se saurait et malheureusement, il n’y a pas que des clients sympas ou uniquement des clients réglos…

client freelance

Les Clients Gourmands

Les premiers désenchantements sont arrivés avec deux clients qui ont validé un devis bien précis. Qui ont payé pour une prestation bien précise et qui une fois la presta quasiment terminée, demandent le plus naturellement du monde, d’autres petites choses. Des petits jobs supplémentaires de rien du tout. Des jobs qui prennent parfois seulement quelques minutes et qu’on aurait pu proposer gracieusement de façon exceptionnelle, pour fidéliser les clients. Mais deux ou trois petites choses pour des clients comme ça, cela devient assez couramment hélas, de nombreuses autres choses et parfois même de véritable listes de courses à la Prévert…

On propose La main, ils nous prennent le bras.

Il y a en effet des clients qui oublient qu’ils payent tant pour telle et telle presta et qui oublient parfois que les freelances ne travaillent pas pour la gloire. Ils oublient aussi que ce n’est pas parce qu’un(e) freelance est sympa, qu’on peut lui en demander plus à chaque fois, ni qu’on peut lui demander n’importe quoi, ou qu’on peut le ou la faire bosser gratos.

Oui mais ce que l’on apprend et que j’ai moi aussi appris avec le temps, c’est que :

Pas de bras, pas de chocolat !

Cette formule est simpliste. Elle fait sourire. Pourtant, elle est très vraie. Car si tout(e) freelance débutant(e) risque aux premières missions ou contrats, d’être sympa, en faisant des petits trucs en plus, au final avec le temps, pour ne plus se faire « avoir », il ne sera plus question de faire du boulot en plus alors que ce n’était pas prévu et alors que ce ne sera pas payé.

Tout travail mérite salaire, même si ce travail est court et rapide. Le client ne paye pas seulement la minute que le travail prendra, ni sa potentielle facilité d’exécution. Il réglera aussi en payant sa facture, l’expertise, la qualité du ou de la freelance embauchée pour le contrat.

clients

Les Clients Changeants

Les Freelances qui ont de la bouteille, de l’expérience et qui bossent depuis un moment le savent. Des clients qui changent d’avis, c’est monnaie courante aussi, hélas. L’un d’eux veut désormais telle couleur alors qu’à l’origine il voulait du bleu. Un autre ne voudra plus trois articles mais six…

Que des clients arrivent avec des changements, ce n’est pas la mort et ça peut arriver. Après tout, un projet peut changer, évoluer. Mais ce qui est moins agréable et beaucoup moins gérable, c’est de devoir tout modifier ou parfois, tout recommencer, non pas par contrainte réelle côté client final qui serait d’ordre budgétaire ou pour mieux respecter une charte graphique. Non, souvent, avec les clients un peu « girouettes », les changements soudains sont uniquement des coups de tête. Des coups de tête qui ont des impacts pour le Freelance, qui devra revoir sa palette, revoir le projet, revoir son texte. Et par extension, revoir son planning, le nombre d’heures passées sur la mission…

Quand il devient important d’éduquer le client

Même si je n’aime pas cette formulation, force est de constater qu’il est parfois nécessaire d’éduquer certains clients. Ou disons-le autrement, de les driver, des les guider, de les accompagner. Beaucoup de clients sont très au fait du produit qu’ils attendent et de comment le freelance fabriquera ce produit, du temps que cela prendra, du matériel nécessaire… Mais d’autres clients ne savent pas comment le job se passe côté pro chez le freelance. D’autres ne savent pas et ne veulent pas savoir. Ils s’en fichent. Ce qu’ils veulent, c’est obtenir le produit. Vite et bien. Le reste Basta.

C’est un peu comme certain(e)s client(e)s qui appellent à toute heure du jour ou de la nuit. Comme celles et ceux qui vous relancent trois fois par jours alors qu’il vous reste trois semaines pour faire le job confié. Ou comme ces clients qui croient que parce qu’ils vous payent, vous êtes à leur service 24 heures sur 24, même pour ce qui n’est pas prévu dans le devis…

Il est des clients qu’il faut éduquer, qu’il faut quelques fois remettre à leur place avec courtoisie mais fermeté. Il faut à certaines occasions ou abus de clients, rappeler à ces derniers l’objet du contrat et les recentrer. Tout comme il est hélas parfois nécessaire de rappeler à une petite minorité de clients que la nuit, le professionnel, même s’il est freelance, il dort probablement. Que les règles de savoir vivre s’appliquent aussi envers les freelances et indépendants…

Une petite poignée de clients indélicats, impolis, changeants ou gourmands, suffisent parfois à décourager les meilleurs des freelances. Certains clients, heureusement pas si nombreux que ça, réussissent parfois à démotiver le freelance qui pourtant fera son max pour proposer un job au top. Parce que ces clients sont comme certaines personnes dans la vie : Sans limites, imprécises, volatiles et disons le franchement une bonne fois pour toute : avec un manque de savoir vivre avéré et indubitable.

C’est ainsi que désormais, je me permets de recadrer – avec courtoisie toujours – les rares clients qui vont parfois trop loin. Trop loin sur les règles élémentaires de savoir vivre, trop loin sur les changements intempestifs, trop loin sur les relances injustifiées. Trop loin sur ce qu’ils veulent par rapport à ce qu’ils ont signé via devis… Parfois aussi, il est nécessaire de rappeler à un client ou une cliente qu’avant de nous relancer, le minimum serait qu’il paye comme prévu et convenu au préalable 🙂

Qui a dit que la vie de freelance était facile ?

Vous aimerez aussi :